• Nadine? C'est un petit bout de femme à la quarantaine bien trempée (comme l'est son caractère!) divorcée et élevant seule ses deux enfants. C'est le genre de femme qui ne s'enquiquinera plus jamais d'un homme au dela d'une nuit. Moi, personnelement, je crois qu'il ne faut jurer de rien...

    J'ai rencontré Nadine avant hier soir, c'est une relation proche d'une copine et il s'avère que Nadine est plus proche encore du mari de (j'aime le dire) ma meilleure amie, celle avec laquelle je reste des heures au téléphone, celle à qui donné le gite, le couvert dans ses moments de galère : exactement comme je l'aurais fait avec ma petite soeur. Bref, en effet, Nadine et son mari se connaissent depuis de très nombreuses années. Le monde est petit, n'est-ce pas?

    Le monde est vraiment petit tant et si bien que (ne connaissant pas Nadine) je n'ai pas parlé de ma meilleure amie... au début... jusqu'à ce que Nadine se rende compte de qui elle avait en face d'elle et décharge le tas de "merde" qu'elle avait attendu sur mon compte : tas de merde déversé par... ma meilleure amie.

    Dans le seul but de se faire remarquer? Je ne le saurais probablement jamais...

    Je n'ai pas décroché le téléphone lorsqu'il a sonné ce matin et que son prénom (celui de mon ex-meilleure amie) eut apparu sur l'écran... Je ne le décrocherai plus jamais.

    J'ai appelé Nadine et nous déjeunons ensemble demain midi...

    On ne rencontre jamais les gens au hasard, je devais rencontrer Nadine pour qu'elle m'ouvre les yeux et m'aide à grandir un peu...

    Une chose est sûre, je ne recommencerai pas les mêmes erreurs, ni avec Nadine ou X ou Y...

    Ma vie, mon jardin secret sera à moi et moi seule et je suis sûre que jamais je ne me trahirai!

    6 commentaires

  • Eric... J'aime beaucoup ce prénom. Peut-être parce que l'un de mes anciens soupirants le portait ou parce que c'est court avec une bonne intonnation, je n'en sais rien... Mon Eric était doux et il aimait la vie. Nous nous sommes quittés en deux bons amis et n'avons jamais pris la peine de décrocher le combiné téléphonique pour nous appeler... Par pudeur peut-être, ou par nostalgie. Toujours est-il que j'ai perdu quelqu'un de bien...

    La fierté que l'on renferme en nous a parfois un pouvoir incompréhensible: on s'aime encore (un peu) mais on ne s'appelle pas. Le temps, les semaines, les mois et maintenant les années se sont installées et les ponts sont rompus définitivement.

    J'ai rencontré Eric aujourd'hui. Un autre Eric d'aspect (assez) réservé, beau mec (physiquement) je n'irais pas jusqu'a citer son Hugo Boss de costume mais ça me fait plaisir de dire qu'il en portait un. Cadre sup dans une multinationale, le genre de mec qui plait aux femmes. Nous avons longuement parlé de choses et d'autres, de philosophie de la vie, de la mort, des enfants...

    Et c'est la que les choses se sont gâtées pour moi (sensible que je suis et que je resterai!) Eric est l'heureux papa d'un enfant autiste de 7 ans. J'ai bien dit "l'heureux" papa car son fils est sa raison de vivre, sa joie quotidienne lorsqu'il rentre du boulot, sa bouffée d'oxygène... La grossesse de sa femme était normale jusqu'à ce qu'un chromosome "pète un câble" (symptôme qui n'a pas été décelé à l'échographie)...

    Eric, en quelques heures, a failli me faire pleurer plusieurs fois mais l'étincelle qu'il avait dans les yeux lorsqu'il me parlait de son enfant a fait de moi une autre femme.

    De voir cet homme aussi sûr de lui, aussi "mordant" dans son boulot et "papa gateau" avec son fils m'a fait prendre conscience d'une chose : la mort... Je n'ai pas arrêté de penser à cet enfant si ses parents venaient à disparaître avant lui... Là, j'ai réfléchi... très longuement.

    Et là, j'ai pris conscience du "soin" que je devais mettre dans ma vie. De toute la paprasserie qu'il fallait que je trie, de mon crédit à la consommation qu'il fallait que je solde rapidement... Bref, ne pas laisser le bordel innonder ma vie au cas où...

    Ne pas laisser de "charges" suplémentaires (facilement remédiables par moi en mon vivant, en tout cas) à ma progéniture ou mon époux...

    Eric m'a fait prendre conscience du "bordel" que j'éparpillais autours de moi ("Je le rangerai demain..." Oui, c'est facile, mais personne ne sait de quoi demain est fait!) suffisamment assez pour que je "range ma vie" au cas ou je partirais avant eux, avant les autres... Avant ceux que j'aime le plus au monde et qui, touchés par ce deuil (le mien) n'ont pas besoin qu'on leur inflige cette corvée suplémentaire!

    Cette rencontre m'a arraché le coeur, mais elle m'a transformée. En tout cas, elle m'a ouvert l'esprit et je crois que je serai une femme beaucoup plus organisée, à l'avenir...


    4 commentaires

  • Je me demande, à présent, si j'ai bien fait de créer ce blog... En fait, j'ai l'impression qu'il me sert plus de journal intime qu'autre chose...

    Je t'ai rencontré, toi, on s'est échangé quelques textos, quelques paroles au téléphone et puis plus rien... Plus rien de toi... Je ne comprends pas mais je m'en fiche un peu... Je m'en fiche parce que j'ai quelqu'un à mes côtés, qui sait prendre soin de moi... C'est bien dommage, parce que je pense que tu aurais pu faire un ami sympa...

    La vie est ainsi faite, ça tourne comme une roue. Tu es entré dans ma vie pour y ressortir aussitôt...

    Adieu bel inconnu, que dire de plus?

    Tu n'as pas fait de moi une orpheline ou une délaissée ou même une laissée pour compte...

    Tu es passé dans ma vie pour me faire frissonner et sans doute me faire admettre que le mariage... ce n'est pas pour la vie!

    Adieu.

    3 commentaires


  • La vie est une rencontre... Oui, des gens, nous en rencontrons tous les jours, partout où nous allons, partout... A moins de tomber en plein milieu du désert, les rencontres sont inévitables... Des gens, j'en vois tous les jours, ils passent, ils repassent, ils passent encore et encore tel un flux inextinguible.

    Et toi, tu es passé...

    De là où je me trouvais, je ne te voyais pas, je ne savais même pas que tu étais là...

    La rencontre était inévitable, le compte à rebours venait de se mettre en marche : Je m'approche à pas lents, tes yeux n'ont de cesse de me détailler, je lève les miens vers les tiens et... sans pouvoir m'expliquer cette immédiate sensation, mon coeur se met à battre plus fort, plus fort. Ca ne dure que quelques délicieuses secondes où je ne peux détacher mon regard du tien. Tu me souris, je fonds... mais je sais que je ne te reverrai pas et que ce malaise est sans lendemain, pour l'instant je suis bien et profite de ce bien-être...

    Tu me laisses une carte de visite en partant mais je sais que je ne t'écrirai pas ou ne t'appelerai pas... Je la prends, elle aura sa place dans mon porte-carte qui ne me sert à rien...

    Une heure... Juste une heure. Il m'aura fallu une heure seulement pour que tu hantes déja mes pensées... Ton nom résonne en moi comme une chanson d'amour... Le coup de foudre.

    Le coup de foudre existe-t-il vraiment? J'en ai bien peur à présent... Je crois bien avoir été touchée bien malgré moi.

    Mais, je n'ai pas le droit! Je suis engagée... Mais tu me plais tellement!

    Malgré tout, une force en moi me pousse à t'envoyer un message. Un simple message pour te remercier d'avoir été gentil avec moi... Je reçois une réponse au réveil, quel bonheur, quel plaisir de savoir que tu penses à moi, que tu veuilles que je t'appelle... Quel plaisir mais quelle douleur!

    La vie est une rencontre mais je suis incapable de gérer celle là...

    11 commentaires

  • La rencontre est-elle une coïncidence, un hasard, une opportunité?

    Lorsque l'on prononce le mot "rencontre", nous pensons tout de suite à la rencontre amoureuse, site de rencontres, rencontre sportive ou duel, rendez-vous, réunion...

    La rencontre est une occasion, tout simplement, de porter un regard différent sur soi...

    "L'autre" vous fait part de ses expériences, excellentes ou tragiques, et celles-ci peuvent parfois avoir l'effet d'un electrochoc pour vous faire prendre conscience qu'il faille changer quelque chose à votre vie...

    Une défaite amoureuse apporte tellement! Certes le chagrin, dans un premier temps, nous aveugle... Mais tout le monde sait qu'il suffit d'un peu de temps pour cicatriser les blessures et porter la relation déchue vers une certaine reflexion sur soi... analyser ce qui n'a pas marché afin de ne pas commettre la ou les mêmes erreurs la prochaine fois.

    J'ai décidé de creer ce blog aujourd'hui parce que j'ai rencontré un homme brisé par la vie...
    Un homme triste et malheureux qui m'a ouvert les yeux sur bien des choses... Son malheur, il ne l'a pas cherché, il ne l'a pas voulu... Il a simplement épousé la mauvaise personne qui l'a entraîné avec elle dans sa chute, dans sa déchéance, dans l'enfer de l'alcoolisme de cette femme qu'il a aimée et qu'il "regarde", impuissant, dépérir sous ses yeux et qui le tue à petit feu...

    J'ai longuement parlé avec cet homme bon, gentil, sain, généreux mais empreint d'une tristesse sans nom... Il n'avait que deux phrases à la bouche :
    "Si c'était à refaire..." et "Si un jour, tu es confrontée à ça..." et nous avons longuement débattu sur les hypothèses qui vont me permettre aujourd'hui de voir, gérer et mener ma vie en ne commettant pas certaines erreurs mais en allant dans le sens qui me permettra sans doute de les éviter...

    Les expériences des uns apportent de l'eau au moulin des autres...

    Lorsque je l'ai quitté (pour de bon car je suis sûre de ne jamais le revoir) j'ai réfléchi à notre conversation, à ma vie passée (C'est vrai que le passé est passé, qu'il est inutile de le remuer dans tous les sens afin de tenter de le changer, il ne changera jamais!) et à mon avenir...

    Je crois en la vie plus encore...

    Cette rencontre me motive à rencontrer d'autres personnes juste pour parler, pour échanger, pour enrichir le présent afin d'améliorer l'avenir... Dans les deux sens!

    L'Homme est une belle machine qui se bouzille lui même... mais je reste persuadée, à présent, que s'il trouve la force en lui pour écouter (non pas entendre!) le vécu des autres, il pansera ses blessures par lui même...

    Là, seulement, il pourra être fière de lui et faire part de son expérience aux autres... à condition que les autres l'écoutent!


    5 commentaires